CEREMONIE DE CLOTURE 1ERE SESSION ORDINAIRE 2011

batLa première session ordinaire de l'année 2011 du Conseil économique et social (CES) a pris fin le mardi 19 avril dernier sous la houlette de son président monsieur Thomas Sanon. La cérémonie a été consacrée à la présentation du rapport de synthèse des travaux et au discours de clôture. Nous vous proposons l'intégralité du discours de clôture prononcé par le président du CES

ALLOCUTION DE MONSIEUR THOMAS SANONA L’OCCASION DE LA CLOTURE DE LA PREMIERE SESSION ORDINAIRE DE L’ANNEE 2011 DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

Messieurs les Présidents d’Institutions ;Messieurs les Anciens Chefs d’Etat ;Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions Diplomatiques ;Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales et Interafricaines ;Mesdames et Messieurs les Députés Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux; Autorités administratives, militaires et paramilitaires ;Autorités coutumières et religieuses Honorables invités ;Mesdames et Messieurs les Conseillers ;Nous clôturons cette première session de l’année 2011 au moment où la situation sociale nationale demeure encore fortement agitée. Nous n’aurons jamais de cesse d’en appeler au sens de la retenue, de la responsabilité et du civisme des uns et des autres pour qu’ensemble nous puissions préserver la paix, la stabilité et la cohésion sociale, les seuls véritables gages de progrès et de développement durable pour ce pays qui nous est si cher. Mesdames et Messieurs les Conseillers ; Nous voici au terme de la 1ère session ordinaire de l’année 2011. Pendant trois semaines entières, membres du gouvernement, conseillers, scientifiques, chercheurs, universitaires, producteurs, consommateurs, décideurs politiques, industriels et chercheurs, institutionnels et indépendants dont le parcours exemplaire méritait d’être partagée ont accepté de s’asseoir avec nous pour échanger, discuter, confronter leurs vues, se soumettre souvent à nos critiques de profanes, souvent dans la passion mais toujours avec intérêt manifeste afin de nous permettre d’avoir une bonne intelligence des biotechnologies, de la biosécurité, des OGM pour faire court. Cet exercice auquel nous nous sommes livrés pendant tout ce temps, afin de formuler des recommandations et propositions aussi pertinentes que possible sur le thème soumis à notre réflexion n’a pas toujours été de tout repos, loin s’en faut...Je ressens après tout une réelle satisfaction en ce qu’au-delà des échanges, de la réflexion, on, de la confrontation des idées et des pratiques, nos travaux ont été surtout marqués du sceau du sérieux, de la sagesse et de la perspicacité. Je me réjouis aussi et surtout du souci toujours présent d’identifier de façon précise et la plus large possible, les solutions aptes à promouvoir la biosécurité et les biotechnologies en ayant toujours à l’esprit de maîtriser les enjeux cruciaux et émergents qu’elles sous-tendent, qu’il s’agisse des enjeux commerciaux et industriels, alimentaires, environnementaux ou sanitaires et j’en passe. Grâce à la diversité d’origine des conférenciers et des différents panélistes, à leur disponibilité et à leur sagacité, nous avons pu apprendre des différents acteurs, qu’il s’agisse des pouvoirs publics et de la politique nationale en matière de biotechnologies et de biodiversité, du monde de la recherche, du patronat, des industriels, des producteurs, des consommateurs etc. Nous avons profité de l’expertise de tous, chacun dans son domaine propre pour connaître des contraintes et des opportunités ainsi que de la portée des politiques et initiatives mises en œuvre dans le but de transformer à bon escient cette innovation aussi prometteuse qu’inquiétante. Honorables Invités, Mesdames et Messieurs les Conseillers, De l’ensemble des travaux, nous avons tiré quelques grandes conclusions, suggérant les grands axes d’intervention susceptibles de produire pour notre agriculture principalement une valeur ajoutée certaine, à même d’impulser des performances plus significatives porteuses de sécurité et de souveraineté alimentaires plus grandes au profit de nos laborieuses populations. Le rapport de synthèse qui vient de vous être livré ainsi que les recommandations qui ont été formulées ont suffisamment mis à jour les questions fondamentales relativement :· à l’organisation,· à l’expérimentation,· à l’information,
· aux indispensables mesures de précaution,· à la mise en cohérence de nos moyens avec les besoins et les exigences de l’économie,· au renforcement de l’encadrement et de l’environnement institutionnel,· au financement, et à la réalisation d’infrastructures publiques,· au suivi et à l’accompagnement des initiatives privées,· à l’implication des entreprises et du patronat etc. Mesdames et Messieurs les Conseillers, Honorables Invités, L’expérience nous enseigne que les mutations et les évolutions profondes, telles ce vaste chantier des OGM et de la biosécurité que nous venons de visiter de long en large ne s’opèrent jamais sans remise en cause, sans renoncement et sans bouleversements parfois. Cela est d’autant plus vrai au regard de la grande controverse que suscite les OGM. Comme nous l’avons relevé, les partisans soutiennent que la biotechnologie permet le renforcement de la sécurité alimentaire, la réduction de la pression de l’homme sur l’environnement, l’augmentation des rendements agricoles, la limitation du recours à l’irrigation et aux substances agrochimiques. Quant aux opposants, ils s’inquiètent pour les risques que les OGM représentent potentiellement pour les écosystèmes et la diversité biologique. Ils évoquent entre autres les risques d’asymétrie entre pays, de dépendance des agriculteurs vis-à-vis d’un petit nombre de grands semenciers internationaux ou encore les risques environnementaux et de santé. Toute considération confondue, tâchons de garder à l’esprit, que c’est un processus, jamais gagné à l’avance, qu’il se déroulera dans la durée ; qu’il sera coûteux et qu’il faudra accompagner les efforts des individus et des communautés par des programmes ambitieux et innovants. C’est pourquoi il importe que nos efforts présents ou futurs, quelle que soit la sphère d’influence où nous nous situons, tendent à fédérer les initiatives, à les mettre en synergie. Il faut donc créer les outils, favoriser les échanges et faire confiance au débat et à la critique constructive. C’est cela je pense, qui nous permettra de créer véritablement une dynamique nouvelle, constructive et porteuse de progrès. Honorables invités, Mesdames et Messieurs les Conseillers, Au moment où nos travaux prennent fin, je tiens tout particulièrement, au nom de l’ensemble des Conseillers, à renouveler notre gratitude à Son Excellence Monsieur le Président du Faso pour la bienveillante attention qu’il porte constamment à l’endroit du Conseil. Je remercie très vivement le Chef du Gouvernement et tous les membres du Gouvernement pour la sollicitude et la considération qu’ils ont toujours eus à notre égard en répondant toujours présent à nos appels à audition. Je suis reconnaissant à toutes les éminentes personnalités, aux différents
spécialistes et experts, aux représentants des organisations de la société civile, à nos partenaires techniques et financiers, aux personnes physiques et morales, à tous les acteurs que nous avons sollicités et qui ont accepté d’animer, avec chaque fois beaucoup de compétence et d’à-propos les conférences et les panels forts instructifs. Nous avons toujours hautement apprécié leur disponibilité et toujours beaucoup appris de la grande richesse scientifique et humaine de leurs communications. Merci infiniment aux média pour l’écho qu’ils donnent aux travaux de nos sessions. Mesdames et Messieurs les Conseillers, Permettez-moi avant de terminer, de vous dire toute ma satisfaction pour la disponibilité et l’assiduité dont vous avez fait preuve tout au long de ces trois semaines de travaux et de vous féliciter pour la qualité du travail accompli. Au cours de cette session et conformément à nos statuts, nous avons procédé, avec responsabilité, sagesse et grande hauteur de vue, à la recomposition des instances de notre assemblée. C’est le lieu pour moi de saluer et de congratuler vivement tous ceux qui viennent d’être responsabilisés, sans exception aucune. Je reste persuadé, qu’ensemble et toujours animé de la même motivation, du même esprit de solidarité et de respect mutuel, nous pourrons conduire avec succès les grands chantiers de développement que nous impose notre charge. Je ne peux que vous exhorter à toujours plus d’engagement et d’ardeur. Honorables Invités, Mesdames et Messieurs les Conseillers, A l’approche de la saison hivernale, je souhaite pour nos vaillantes populations, paix et santé, pour une campagne agricole abondante Honorables Invités, Mesdames et Messieurs les Conseillers, Mesdames et Messieurs En réitérant mes remerciements à tous ceux et celles qui nous font encore l’honneur d’être des nôtres cet après-midi et en souhaitant un bon retour dans leurs foyers respectifs à tous ceux des Conseillers venus des provinces, je déclare close la première session ordinaire du Conseil économique et social au titre de l’année 2011.Je vous remercie pour votre attention.

 


Historique

A la faveur des mouvements indépendantistes des années 50, chaque colonie française d'Afrique a mis sur pied un certain nombre d'institutions républicaines dont le Conseil Économique et Social. Au Burkina Faso (ancienne Haute-Volta), le CES a été crée, par la loi N° 4/T9/AL du 19 mai 1959 suite à l'adoption de la constitution du 15 mars 1958.

Le 11 février 1962, il fut réorganisé par la loi N°6/62/AN. Le Conseil Économique et Social disparaît en 1966 avec la 1ère République.

Le 25 février 1985, il réapparaît par l'ordonnance N°85/011/CNR/PRES sous l'appellation du Conseil National Révolutionnaire Économique et Social (CRES). En juin 1991 il reprend son appellation normal du Conseil Économique et Social. Le 13 mai 1993 une nouvelle loi portant création, composition, organisation et fonctionnement du Conseil Économique et Social est adoptée.

Dominique KABORE 1959-1962

dominique kabore 1959-1969

Victot OUEDRAOGO 1962-1966

victot ouedraogo 1962-1966

Kader CISSE 1985-1989

 

Youssouf OUEDRAOGO 1989-1992

youssouf ouedraogo 1989-1992

Fréderic A. KORSAGA Juin-Nov1992

korsaga frederic

Phillipe OUEDRAOGO 1992-1996

Zepherin DIABRE 1996-1997

zepherin diabre

Juliette BONKOUNGOU 1997-2009

juliette bonkoungou