MANDATURE 2012 - 2015

C.E.S: Le nouveau Conseil installé

Le président du Faso, Son Excellence Blaise Compaoré a procédé, le lundi 5 novembre 2012 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000, à l'installation officielle et solennelle du président et des nouveaux membres du Conseil économique et social, et à l'ouverture de la deuxième session ordinaire de l'année 2012 de l'institution. C'est une cérémonie des grands jours qui a vu la présence des premiers responsables du pays, des représentants du corps diplomatique, des organisations interafricaines et internationales, des personnalités politiques, administratives, judiciaires et militaires, des notabilités coutumières et religieuses, de parents et amis.

Deux discours ont ponctué l'événement, celui de son Excellence Monsieur le Président du Faso et celui du président du CES. Nous vous proposons in extenso les deux discours. DISCOURS DE SON EXCELLENCE

MONSIEUR BLAISE COMPAORE PRESIDENT DU FASO A L’OCCASION DE LA DEUXIEME SESSION ORDINAIRE ET DE L’INSTALLATION DU PRESIDENT ET DES MEMBRES DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

Monsieur le Président du Conseil Economique et Social,
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Instituions,
Messieurs les anciens Chefs d’Etat,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,
Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,

Votre présence à nos côtés à cet évènement majeur de la vie de nos institutions honore la République, et traduit notre désir commun de consolider l’Etat de droit par la concertation.

Les crises institutionnelles et sociales qui affectent certains pays du monde, représentent un recul de la gouvernance démocratique et portent de graves atteintes aux droits humains et aux libertés fondamentales des citoyens. Il importe donc à nos Etats de construire des mécanismes appropriés pour raffermir la gouvernance globale.

Le respect des principes de la bonne gouvernance dans un pays, permet d’engranger des acquis substantiels qui confortent le cadre formel et institutionnel de la démocratie, avec l’émergence d’une véritable société civile, et garantit l’amélioration qualitative des systèmes de représentation.

Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Le Conseil économique et social est une Institution républicaine, un ferment idéal de consolidation du dialogue démocratique entre tous les acteurs et les décideurs de la nation.
Il est chargé d’entretenir en permanence la concertation entre le Gouvernement et les catégories socioprofessionnelles, aux fins d’anticiper la réponse de la population aux mesures économiques et sociales envisagées ou mises en œuvre.


Monsieur le Président du Conseil Economique et Social,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,

En ce moment solennel de l’Installation officielle de votre assemblée, je vous adresse mes vives félicitations pour la confiance que les différentes catégories socioprofessionnelles dont vous êtes les mandataires, ont placée en vous, en vue de mener des réflexions productives dans les domaines économiques, sociaux et culturels au profit de la nation entière.

Mesdames et Messieurs les Conseillers,

La promotion de la démocratie, du civisme et d’un développement durable, ne peut être effective sans la participation et l’engagement individuel et collectif de toutes les composantes de la nation. Cette participation de tous au développement de notre pays que nous appelons de tous nos vœux, donne la possibilité aux citoyens de prendre part au contrôle et à l’exercice du pouvoir, à travers la consultation, l’information, la concertation, le dialogue et l’association à la prise de décision.

Vous avez donc cette lourde mission constitutionnelle de conforter la collaboration entre les différents acteurs, dans la construction du développement et d’établir des mécanismes dynamiques à même d’élever leur participation à la gestion de la politique économique et sociale du Burkina Faso.
C’est pourquoi je vous engage, Mesdames et Messieurs les Conseillers, à élargir et approfondir vos réflexions sur les préoccupations de la société afin de permettre à l’Etat de prendre des décisions judicieuses pour une véritable émergence de notre pays.
?


Monsieur le Président du Conseil Economique et Social,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Je suis confiant, quant à la capacité de chacune et de chacun de vous, dans les domaines de vos compétences respectives, à produire un travail de qualité et à proposer des solutions consensuelles et durables pour un développement harmonieux du Burkina Faso.

Tout au long de l’exécution de votre noble et exaltante mission, le Gouvernement restera disponible pour un accompagnement de qualité.

Ma présence effective ce matin, participe de mon engagement à être toujours à l’écoute du Conseil économique et social, une des plus anciennes de nos Institutions républicaines.

Je vous réitère mes encouragements et vous invite à vous inscrire résolument dans une ligne de rigueur, de quête de l’excellence, et à contribuer par des débats féconds, des idées novatrices ainsi que des avis objectifs, à l’édification d’une société burkinabè de prospérité partagée.

En vous renouvelant mon soutien dans votre détermination à relever les défis de concrétisation de notre vision commune pour un Burkina Faso de paix, de stabilité et de bien-être, je déclare ouverte la deuxième session ordinaire de l’année 2012, et installés dans leurs fonctions, le Président et les nouveaux membres du Conseil économique et social.


Plein succès à vos travaux.
Je vous remercie.

Discours de Monsieur le président du Conseil économique et social à l’occasion de la deuxième session ordinaire de l’année 2012 consacrant l’installation solennelle de la nouvelle assemblée.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institution

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique,

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations Internationales et des Organisations Interafricaines,

Autorités civiles et militaires,

Autorités coutumières et religieuses,

Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Mesdames et Messieurs les membres du Personnel du Conseil économique et social ;

Chers invités,

Mesdames et Messieurs
C’est un grand honneur et un agréable devoir pour moi de remercier, au nom de tous les membres du Conseil économique et social (CES) nouvellement nommés, les éminentes personnalités qui ont accepté d’honorer de leur présence cette cérémonie de la deuxième session ordinaire de l’année 2012, qui consacre l’installation solennelle des nouveaux Conseillers et du Président du Conseil Economique et Social.

Excellence Monsieur le Président du Faso ;

Je me réjouis particulièrement que vous ayez accepté, en dépit de vos multiples charges, de présider cette cérémonie, lui conférant ainsi un éclat tout singulier.

L’organisation de la cérémonie d’installation de chaque nouveau Président du Conseil économique et social laquelle coïncide avec l’une de ses sessions, constitue un moment important dans la vie de notre Institution. Cette cérémonie offre l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur la vie de l’Institution et surtout, de tracer les grandes lignes de ses ambitions futures, dans le sens d’une plus grande efficacité de sa contribution à l’effort de construction nationale.

Serviteur de l’Etat, j’ai toujours répondu présent chaque fois que mon pays et vous-même, Excellence Monsieur le Président du Faso ont fait appel à ma modeste personne. D’ores et déjà, je puis vous assurer que c’est avec la ferme volonté de ne pas trahir la confiance placée en moi et de servir loyalement mon pays, que je conduirai les destinées du Conseil économique et social, qui compte parmi les plus anciennes organisations de notre galaxie institutionnelle. Je vous remercie pour cette confiance renouvelée. Avec votre permission, je voudrais associer à ces remerciements ma famille, mon épouse Kadidiatou et nos quatre enfants, mes proches, mes camarades politiques, mes amis de tous les horizons, dont le soutien et les bénédictions m’ont toujours accompagnés dans la vie et dans mon parcours professionnel au service de mon pays.

Excellence Monsieur le Président du Faso,
Mesdames et Messieurs,
Quel curieux destin que celui du Conseil économique et social ?
Comme je le disais tantôt, cette institution est l’une des plus âgées de nos institutions républicaines. Sa création, faut-il le rappeler, remonte au 19 mai 1959. Elle disparaîtra en 1966 et ressuscitera de ses cendres le 25 février 1985, sous l’appellation du Conseil révolutionnaire économique et social (CRES). En juin 1991, elle réintègre son appellation originelle et son ancrage institutionnel sera renforcé par sa consécration dans la constitution depuis le 4 décembre 2001.

Malgré cette ancienneté, le CES fait partie paradoxalement, des Institutions les moins connues de notre pays. Phénomène plus grave, les doutes n’ont jamais été dissipés sur son utilité et son nom revient constamment chaque fois qu’il s’est agi de faire des sacrifices institutionnels.

Expliquer un tel paradoxe pourrait relever de la casuistique mais il pourrait tenir à trois raisons principalement.

La première raison est liée au caractère consultatif de l’Institution aussi bien pour ce qui concerne sa saisine qu’en ce qui concerne ses délibérations qui sont des avis, et de ce fait, ne revêtent pas un caractère contraignant vis-à-vis de ses destinataires.

La seconde raison, liée à la première, tiendrait à la faible visibilité de l’Institution et de son action.

La troisième raison qu’on pourrait invoquer, se rapporterait à la faible légitimité de ses membres qui comme on le sait, ne sont pas élus au suffrage universel direct.

Excellence Monsieur le Président du Faso,
Chers invités,
Mesdames et Messieurs,

Dans la gouvernance moderne et dans la nouvelle dynamique institutionnelle et démocratique dans laquelle notre pays s’est résolument engagé, chaque institution doit travailler à mériter sa place et obtenir l’adhésion des populations à son action. De ce point de vue, je mesure l’énormité des défis que le Conseil économique et social se doit de relever. C’est dans cette orientation que je place mon mandat à la tête de cette Institution.

Il s’agira d’abord pour nous d’améliorer le système de représentation au Conseil économique et social à travers notamment l’obligation pour les mandataires que nous sommes de rendre compte à nos mandants et aux populations, à travers une politique de communication conséquente et adaptée.

Il s’agira ensuite d’accroître la pertinence des avis de l’Institution à travers une synergie institutionnelle renforcée et adéquate avec l’ensemble des autres institutions partenaires. A cet effet, il nous faudra veiller à la dynamisation des cadres de concertations en mettant à contribution les techniques de l’information et de la communication.

Il s’agit enfin pour le Conseil économique et social, de renforcer son action internationale pour une meilleure visibilité et pour une contribution notable au rayonnement diplomatique de notre pays.

Nous sommes convaincus, Excellence Monsieur le Président du Faso, qu’avec votre soutien et votre sollicitude traditionnelle, nous serons à même de relever tous ces défis.

Excellence Monsieur le Président du Faso,
Mesdames et Messieurs les Conseillers.

Cette cérémonie marque en même temps l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année 2012 de notre Institution. Au menu de cette session sont inscrits de nombreux points en rapport avec la vie du Conseil économique et social.

Au nombre de ces points, figure en bonne place l’examen du plan d’actions 2011-2015 de l’Institution qui a été adopté depuis 2010 et qui, hélas, n’a pas encore connu un début d’application. Ce sera l’occasion pour nous de le revisiter et de l’actualiser, à l’aune des nouvelles ambitions de notre Institution.

Je puis vous assurer, Excellence Monsieur le Président du Faso, que c’est avec esprit de suite, dans la continuité et l’innovation, que nous exercerons les missions qui sont désormais les nôtres. En terminant mon propos, je voudrais rendre un hommage appuyé à mon prédécesseur Monsieur Thomas SANON, pour le travail abattu à la tête de l’Institution.

J’adresse également mes félicitations à l’ensemble du Conseil sortant pour le travail accompli. En nous appuyant sur leurs acquis, nous ouvrirons de nouveaux horizons et impulserons une dynamique nouvelle au Conseil économique et social pour une meilleure contribution au développement de notre pays.
Vive le Burkina Faso.
Je vous remercie.


Historique

A la faveur des mouvements indépendantistes des années 50, chaque colonie française d'Afrique a mis sur pied un certain nombre d'institutions républicaines dont le Conseil Économique et Social. Au Burkina Faso (ancienne Haute-Volta), le CES a été crée, par la loi N° 4/T9/AL du 19 mai 1959 suite à l'adoption de la constitution du 15 mars 1958.

Le 11 février 1962, il fut réorganisé par la loi N°6/62/AN. Le Conseil Économique et Social disparaît en 1966 avec la 1ère République.

Le 25 février 1985, il réapparaît par l'ordonnance N°85/011/CNR/PRES sous l'appellation du Conseil National Révolutionnaire Économique et Social (CRES). En juin 1991 il reprend son appellation normal du Conseil Économique et Social. Le 13 mai 1993 une nouvelle loi portant création, composition, organisation et fonctionnement du Conseil Économique et Social est adoptée.

Dominique KABORE 1959-1962

dominique kabore 1959-1969

Victot OUEDRAOGO 1962-1966

victot ouedraogo 1962-1966

Kader CISSE 1985-1989

 

Youssouf OUEDRAOGO 1989-1992

youssouf ouedraogo 1989-1992

Fréderic A. KORSAGA Juin-Nov1992

korsaga frederic

Phillipe OUEDRAOGO 1992-1996

Zepherin DIABRE 1996-1997

zepherin diabre

Juliette BONKOUNGOU 1997-2009

juliette bonkoungou